LES MODIFICATIONS DU DOMAINE DE VILLANDRY AU XVIIIe SIÈCLE

Jusqu’à l’acquisition de la seigneurie de Villandry en 1754 par le marquis de Castellane, aucun changement notoire n’a été apporté à la construction Renaissance. Le nouveau propriétaire sensible au néoclassicisme apporte de profondes modifications à l’édifice et aux jardins en accord avec le goût de son époque.

Les aménagements néoclassiques de l’intérieur du château

Propriété des descendants de Jean Le Breton depuis 1532, le domaine de Villandry est acquis en 1754 par le marquis de Castellane, ambassadeur du roi Louis XV, issu d’une très ancienne et très illustre famille de la noblesse provençale.
Edifié à la Renaissance, le château est froid et incommode. Le marquis de Castellane s’emploie donc à remanier avec une certaine réussite l’intérieur pour le rendre habitable, intégrant les normes de confort proches de celles d’aujourd’hui – notamment l’isolation phonique et thermique par le biais de l’installation de boiseries – tout en lui donnant, de par le style néoclassique un charme incontestable.

L’attention se porte plus particulièrement sur deux éléments du décor XVIIIe. Un très bel escalier Louis XV mérite d’être admiré : sur la rampe en fer forgé, à chaque étage, se retrouvent entrelacées les initiales de Michel-Ange de Castellane. La salle à manger, dans les tons provençaux chers à Michel-Ange de Castellane, est classée aux Monuments Historiques, tout comme l’escalier, depuis 1934.

La façade Renaissance dénaturée

Si les modifications intérieures apportées par le nouveau propriétaire sont heureuses, l’entreprise est plus hasardeuse sur les façades. Les arcades de la cour sont murées et deviennent, à gauche, des cuisines, à droite, des couloirs donnant sur les salons. Les fenêtres de la Renaissance sont arrondies et entre celles-ci des baies de style Louis XV sont percées puis garnies de balcons et balustrades, des fenêtres en trompe l’œil sont ajoutées. Du fait de ces transformations, la façade est dénaturée ; le château Renaissance perd indéniablement de son caractère.

Les jardins de Villandry agencés à la française

Les jardins sont également revus au goût du jour. Dans un premier temps, le parc est agrandi, suite aux rachats de terres par le marquis de Castellane en 1760, puis agencé à la française. Miroir d’eau, parterres, orangeries, terrasses et dépendances néoclassiques remplacent les parquets Renaissance.

A compter de 1791, de nombreux propriétaires se succèdent à Villandry. Parmi ceux-ci, Jérôme Bonaparte, frère cadet de Napoléon Ier.

POUR EN SAVOIR PLUS SUR VILLANDRY

Bibliographie

Robert & Henri CARVALLO, Le Château de Villandry, Editions Plume (1998)

« Villandry », Connaissance des Arts, Hors série n°164

Henri CARVALLO et Jean-Baptiste LEROUX, Le Château de Villandry

Catherine GRIVE et Jean-Baptiste LEROUX, Fastueux Châteaux de la Loire, Déclics

Le château et les jardins pas à pas

A travers 2 promenades, l’une dans le château, l’autre dans les jardins, découvrez ou redécouvrez Villandry sous un nouvel angle.