LA TAILLE DES IFS TOPIAIRES

A la création des jardins du Château de Villandry, Joachim Carvallo planta des ifs (taxus baccata) afin de les former en topiaire conformément à la tradition française. 162 ifs sont répartis dans les 3 jardins d’ornement situés sur la même terrasse : 72 dans le jardin d’amour et des croix, 63 pour le jardin de la musique et 27 dans le jardin des simples.

L’if se prête bien à la formation en topiaire, originaire de l’hémisphère nord, ce conifère à petites aiguilles persistantes supporte les tailles répétées. Sa résistance à la chaleur mais aussi à l’ombre fait de cet arbre une plante parfaite pour structurer tous les jardins. L’if a la particularité de repercer sur le vieux bois, il supporte donc sans problème des tailles sévères mais il ne repousse que très lentement. Il préfère les sols bien drainés, un excès d’humidité peu entrainer des pourritures au niveau des racines.

La forme originale des topiaires de Villandry provient certainement de l’influence espagnole du propriétaire, les ifs se composent d’1 cube, de 3 couronnes surmontées d’ 1 dôme. A la plantation le dôme était plus pointu, au fil du temps il s’est arrondi et forme une cloche en harmonie avec les éléments en dessous.

Nos ifs sont taillés 1 fois par an, à la main avec des cisailles, sans gabarit, de 20 minutes à 2 heures par arbres. Certains, qui sont d’origine, ont plus de 100 ans, les périodes d’abandon du jardin ont déformé certains sujets, c’est pourquoi nous avons quelques spécimens à 4 couronnes, deux autres possèdent 5 couronnes. Les 72 topiaires du jardin d’amour et des croix sont taillées au mois de juin, afin de répartir les travaux tout au long de l’année, les ifs du jardin de la musique et des simples sont taillés en septembre. Une seule taille par an implique de procéder avec méthodologie pour ne pas se tromper. Premièrement, nous effectuons une taille de dégrossis pour éliminer le plus de pousses d’if. Puis, souvent avec la cisaille à l’envers, nous tournons autour des couronnes afin de retrouver la coupe de l’année précédente. Pour finir par le dôme, c’est le point le plus délicat, les pousses sont plus vigoureuse, le bois plus dur, il faut tailler énergiquement le sommet afin de retrouver l’arrondi.

Gabarit pour la taille des topiaires.

Une commande spéciale à été demandé à l’entreprise Pépinières Bruns en Allemagne en 1994. 60 Ifs devaient être produits selon la forme « Villandry » pour remplacer des sujets vieillissants. La commande se présentait ainsi, 25 ifs pour le 1er novembre 1996, 25 autres pour novembre 1997 et une marge de 10 arbres supplémentaires en remplacement. Avant d’être taillés, les ifs ont été sélectionnés en pépinière, possédant 1 seul tronc, étant parfaitement homogène et exempt de maladie ou de carence. Ils ont été taillés suivant le gabarit souhaité et ont été régulièrement transplantés.
Plusieurs maladies sont susceptibles de toucher les Taxus baccata. Le phytophthora – pourriture des racines- s’installe dans le sol et entraîne un dépérissement d’une partie de l’arbre, les branches sèchent les unes après les autres jusqu’à la mort de l’if. Un produit à base de Fosétyl-aluminium, nom commercial Aliette express (produit chimique non utilisé à Villandry) peu être utilisé en préventif mais a peu d’effet en curatif. En lutte biologique, seul le cuivre est autorisé ; il est à pulvériser en préventif en utilisant de l’hydroxyde ou de l’oxychlorure de cuivre. Il ne faut pas replanter d’if à proximité immédiate de la zone contaminée, et favoriser le drainage du sol en incorporant à la plantation des cailloux de plusieurs tailles.
Les acariens rouges peuvent en excès de population provoquer des dégâts sur le feuillage. Il faut alors pulvériser des huiles blanches ou de colza sur les zones attaquées.

LA TAVELURE DU POMMIER

Le printemps commence à peine, et déjà il faut se préoccuper des récoltes de la fin de l’été et de l’automne. Pour pouvoir se régaler de pommes ou de poires cueillies directement sur l’arbre, nous devons être vigilants à cette période aux attaques de champignons sur les arbres fruitiers.
La maladie la plus courante et qui nécessite le plus de traitements pour les arboriculteurs est appelée : la tavelure du pommier.

Ce champignon au nom scientifique de Venturia inaequalis, est présent chaque année et provoque des taches sur les feuilles, de forme circulaire et de teinte olivâtre.
La maladie affecte également le fruit en créant dans un premier temps des taches similaires à celles observées sur les feuilles, puis ces taches évoluent et forment des crevasses.

Si les conditions sont favorables, le champignon microscopique se reproduit rapidement, le mycélium pénètre dans la feuille et fructifie en donnant des spores qui sont éjectés sur d’autres feuilles par la pluie et le vent.

La première mesure à prendre si l’on souhaite acheter un pommier est de s’assurer auprès de son pépiniériste que la variété choisie soit la moins sensible possible à la tavelure. Par exemple, les variétés Melrose, Reinette du Mans, Belle de Boskoop, présentent des risques faibles de développer la maladie. Ce risque dépendra aussi de votre verger et des conditions climatiques. Il faut également éviter l’arrosage par aspersion pour limiter la dissémination des spores, et conserver un arbre bien aéré pour favoriser le séchage des feuilles. Il convient d’éviter les excès d’engrais, et en automne, il faut ramasser les feuilles mortes et les brûler pour limiter la contamination future du printemps.

Les traitements existent mais demandent une attention rigoureuse dans leurs emplois. Les bouillies à base de cuivre par exemple, permettent de limiter la maladie. Beaucoup de marques les proposent avec un nom générique : traitement des maladies des fruitiers, traitement d’hiver….
Le cuivre doit être appliqué à l’automne, à la chute des feuilles. Il va inhiber le pouvoir de germination des spores pour le printemps suivant. Puis, dès le gonflement des bourgeons, un passage de bouillie bordelaise (20 grammes / litre) agira en préventif. Cette opération est à renouveler après la formation des fruits. Attention à ne pas traiter les arbres fruitiers pendant la floraison.

Malheureusement, les variétés sensibles continuent d’être traitées. Il faut appliquer jusqu’à l’été du soufre mouillable (6 grammes / 10 litres) toutes les 2 à 3 semaines. En fonction de météo, il faut adapter le traitement, en suspendant l’application les jours de pluie par exemple ou les jours où la température dépasse 25°. De nouveaux produits font également leur apparition pour les jardiniers amateurs, à base d’algue ou d’oligo-éléments. Ces produits fortifient la plante en stimulant ses défenses naturelles.

La maladie de la tavelure du pommier entraîne rarement la mort de l’arbre mais elle peu l’affaiblir par des attaques répétées.

Il faut toujours utiliser des produits autorisés en Agriculture Biologique. Tout comme il est préférable de manger des fruits irréguliers et tachetés, toujours plus sain et avec un goût incomparable à ceux qui ne présentent aucune irrégularité.