Le Potager

 

Le potager décoratif est le point d’orgue des jardins de Villandry. Dans un style purement Renaissance, il se compose de neuf carrés de taille identique mais chaque motif géométrique mêlant légumes et fleurs diffère d’un carré à l’autre. Ceux-ci sont plantés de légumes dont les couleurs alternent entre elles – bleu du poireau, rouge du chou et de la betterave, vert jade des fanes de carottes, etc. – pour donner au regard l’illusion d’un damier multicolore.

Joachim Carvallo a porté une attention toute particulière à la conception du Potager comme le montre la démarche scientifique qu’il a adoptée pour rendre au château fraîchement restauré un jardin en concordance. Le croisement de résultats de fouilles archéologiques, de plans anciens et de sources littéraires telles que Les Plus Excellents Bâtiments de France de Jacques Ier Androuet du Cerceau ou le Monasticum Gallicanum, lui donnent un aperçu de ce qu’avaient pu être les jardins au XVIe siècle.

L’origine du jardin de légumes remonte au Moyen-Âge. Les moines aimaient disposer leurs légumes selon des formes géométriques. Les nombreuses croix du potager de Villandry rappellent cette origine monacale. De plus, pour égayer son parterre, le moine y ajoutait des rosiers-tiges qui lui permettait en outre de fleurir les statues de la Sainte Vierge. Ceux-ci, plantés de façon symétrique symbolisent, selon une vieille tradition, le moine en train de bêcher son carré de légumes.

La deuxième influence vient d’Italie. A la Renaissance, les jardins italiens s’enrichissent d’éléments décoratifs, fontaines, tonnelles et carrés de fleurs, disposés savamment pour distraire les promeneurs, transformant ainsi le jardin utilitaire en un jardin d’agrément.

Les jardiniers français du XVIe siècle réunissent donc ces deux inspirations, monacale française et italienne pour créer un jardin dont ils ont besoin pour les roses et les légumes nouveaux venus d’Amérique, qu’ils appellent le « potager décoratif ».

Voici quelques renseignements techniques sur ce potager :

  • Chaque année deux plantations sont effectuées, l’une de printemps, qui reste en place de mars à juin, l’autre d’été, de juin à novembre ;
  • Quarante espèces de légumes appartenant à huit familles botaniques sont utilisées chaque année. ;
  • La disposition de ces légumes est renouvelée à chaque plantation en respectant, d’une part, les contraintes d’harmonisation des couleurs et des formes, d’autre part, les contraintes horticoles, qui imposent une rotation triennale des plantations, afin de ne pas appauvrir le sol ;
  • L’irrigation est assurée par un système d’arrosage automatique enterré.

Le potager est régulièrement mis à l’honneur à l’occasion des Journées du Potager, chaque dernier week-end de septembre.