Conseils jardinage

L’escargot petit gris

Avril : 25 000 salades plantées dans notre potager de Villandry
Le principal ennemi : l’escargot petit gris.
Par chance nous n’avons pas ou peu de limaces, mais les méthodes de protection des cultures sont les mêmes pour les escargots et les 3 espèces de limaces que l’on trouve dans les jardins amateurs.

  • Limace grosse rouge
  • Limace horticole noire mesurant 3 à 4 cm
  • La limace grise, 3 à 5 cm

Limaces et escargots ont le même but : dévorer les jeunes plants, les feuilles tendres, quelques fois les fruits et les racines. Leur gloutonnerie s’exerce surtout la nuit et par temps humide, à Villandry les dégâts diminuent fortement dès les beaux jours de Mai.
Il ne s’agit pas de détruire totalement les escargots et les limaces qui par ailleurs peuvent servir de nourriture pour d’autres animaux utiles au jardinier, comme les hérissons et les carabes. L’essentiel est de protéger ces cultures de l’appétit de ces gastéropodes sans utiliser de produit nocif pour l’environnement.

Les moyens mécaniques

A Villandry, notre potager est constitué de 7 km de linéaire de buis de bordure qui offrent un magnifique refuge pour les familles d’escargots.
Le matin après une nuit humide, les jardiniers ratissent tout le potager, chaque allée et bordure de buis est inspectée quasi militairement, les escargots récoltés mis dans un filet sont déplacés vers les haies bocagères qui bordent le Cher.
Il est possible également de placer des tuiles ou des planches dans le jardin qui servent d’abris aux limaces.

Il faut régulièrement les retourner et effectuer la collecte.
Souvent l’on parle de la cendre de bois pour protéger les plants ; il faut faire un cordon autour de la zone cultivée mais il est impératif de renouveler l’opération après chaque pluie.
Le piège à bière est également célèbre, un récipient enterré au ras du sol, avec un fond de bière va attirer les limaces qui viennent s’y noyer. Mais l’efficacité n’est pas toujours prouvée, et souvent il piège d’autres espèces utiles au jardin.

Les moyens techniques

Ramener les vieux stocks de granulé bleu (à base de métaldéhyde) à la déchetterie dans les bacs prévus pour le recyclage des déchets chimiques, ce composé est très toxique pour les animaux domestiques et sauvages comme le hérisson.
On peut le remplacer facilement par des granulés coupe-faim à base d’orthophosphate de fer, ces granulés (bleus comme les métaldéhydes) sont biodégradables et sans danger pour la faune.
Ils s’épandent sur un sol humide en respectant les doses, puis sont ingérés par les escargots et les limaces qui retournent mourir dans leur cachette. Il faut renouveler l’épandage fréquemment en début de culture. Les granulés non mangés se dégradent en apportant du phosphate et du fer, qui sont des éléments présents naturellement dans le sol.
On peut aussi utiliser des nématodes, ce sont des vers microscopiques (phasmarhabditis hermaphrodita) conditionnés en poudre dans un sachet, il se dilue dans l’eau. Un sachet de 12 millions de nématodes suffit pour 40 m² de jardin, efficace pendant 6 semaines à condition de garder le terrain humide. Les nématodes se déplacent dans le sol, envahissent le corps des limaces et injectent des bactéries qui tuent les gastéropodes. On trouve ce produit sous le nom commercial ‘nemaslug’, 29.90 euros le sachet de 12 millions chez www.magellan-bio.fr.

Laurent Portuguez
Chef jardinier des jardins de Villandry